Alberto Giacometti-Peter Lindbergh







ALBERTO GIACOMETTI - PETER LINDBERGH SAISIR L'INVISIBLE


Paris, France
À L'INSTITUT GIACOMETTI

DU 22 JANV. AU 24 MARS 2019

Alberto Giacometti - Peter Lindbergh    
Saisir l'invisible
L’Institut Giacometti présente les photographies inédites d’œuvres d’Alberto Giacometti prises par Peter Lindbergh, l’un des photographes les plus importants de sa génération. A ces photographies sont associés une sélection de plâtres, de bronzes et de dessins choisis par le photographe. Ce face à face, permet de montrer le dialogue très intime qui s’est établi entre le photographe et les œuvres du sculpteur tout en révélant de nombreux points communs dans leurs manières d’appréhender la représentation du réel.

L’exposition rassemble près plus d’une soixantaine d’œuvres des deux artistes.



Installé à Paris depuis les années 1970, Peter Lindbergh est devenu le pionnier d’un nouveau réalisme dans la photographie de mode. Son approche de la photographie a considérablement changé les standards de ce genre. Il collabore avec les plus grands magazines internationaux (Vogue, Harper’s Bazaar, Vanity Fair, The New Yorker, Interview, etc.). Originales, ses photographies privilégient la dimension personnelle de ses modèles, contribuant ainsi durant les années 1990 au phénomène de popularité des grands top model. Ses portraits des mannequins Naomi Campbell, Linda Evangelista, Kirsten Owen ou ceux de grandes actrices comme Julian Moore, Uma Thurman, Jeanne Moreau ou Nicole Kidman, dont il rend la fragilité apparente, dégagent un sentiment de mélancolie. Photographiées sans artifices, en noir et blanc, dans des attitudes naturelles, les femmes vues par Lindbergh regagnent une humanité que les codes de la photographie de mode avaient occultée. 

Fasciné depuis toujours par l’œuvre et par la personnalité d’Alberto Giacometti, Peter Lindbergh a été invité à prendre des photographies dans les réserves de la Fondation Giacometti à Paris en 2017. Privilégiant les très gros plans et les tirages en grand format, Lindbergh révèle par la photographie des aspects des sculptures de Giacometti impossibles à percevoir à l’œil nu. Associant dans ses compositions des œuvres de différentes périodes, il institue entre elles un dialogue au travers du temps et des styles.

Les allers-retours créés dans l’exposition entre les photographies de l’un et les sculptures et dessins de l’autre, permettent de redécouvrir le travail de Giacometti sous un autre angle. Sous l’objectif du photographe, les sculptures semblent devenir vivantes, révélant leurs détails et leurs textures. Derrière la beauté de ces œuvres, Lindbergh parvient à capturer l’inquiétude qui caractérisait Giacometti et sa perpétuelle recherche du réel. Investis tous deux dans une création au service de la représentation de la « vérité », focalisés sur la représentation du corps humain, Giacometti et Lindbergh accordent une grande importance à la question du regard. Dans tous leurs portraits, le regard est considéré comme la porte d’accès à l’interprétation de la personnalité du modèle. 

A l’occasion de cette exposition, le cabinet des arts graphiques de l’Institut Giacometti réunit un ensemble important de portraits photographiques de stars par Lindbergh et des portraits inédits par Giacometti de ses modèles préférés. Ces dessins sont réalisés sur les supports les plus divers, y compris de magnifiques pages de carnets et de livres.  

Commissaire : Serena Bucalo-Mussely

Posts les plus consultés de ce blog

VIVIAN MAIER